logo-laciteduvent-couleur

Nos coups de cœur

de la Rentrée littéraire 2018

La Rentrée littéraire est riche, diverse et variée. Tellement de nouveaux livres… Alors, lesquels choisir ? Pour vous aider, nous vous proposons une sélection des ouvrages pour lesquels nous avons eu un coup de cœur ou que nous vous recommandons vivement. En espérant que cela vous aide dans vos prochaines lectures.

 

. Dix petites anarchistes, de Daniel de Roulet

Daniel de Roulet Dix petites anarchistes
14 €

C’est une histoire extraordinaire que nous conte l’écrivain suisse Daniel de Roulet dans son nouveau roman historique « Dix petites anarchistes », publié chez Buchet-Chastel. Le récit de l’épopée de huit femmes (deux autres partiront avant elles avant d’être rapidement assassinées) qui, après la visite de Bakounine en Suisse, en 1872, peu après la Commune de Paris, décident de quitter leur petite ville de Saint-Imier et sa précaire industrie horlogère, pour partir en Amérique du sud, à Punta Arenas, dans le détroit de Magellan, dans le but d’y créer une communauté où régnerait l’anarchie à l’état pur, « sans dieu, ni maître, ni mari ». Comme dans les « Dix petits nègres », d’Agatha Christie, les petites anarchistes furent dix, mais à la fin il n’en resta plus qu’une : Valentine, la narratrice, seule survivante de cette utopie qui conduira certaines de ses compagnes jusqu’à Buenos Aires, en passant par l’île de Robinson Crusoé, en plein Pacifique, gouvernée à l’époque par un compatriote. Aussi, comment ne pas vous conseiller la lecture de cette histoire mettant en exergue le destin incroyable de ces femmes soudées par l’amour de la liberté, de l’imprévu et de l’insurrection. Vous n’en reviendrez probablement pas.

 

. Trois fois la fin du monde, de Sophie Divry

Sophie Divry Trois fois la fin du monde
16 €

Roman crépusculaire, « Trois fois la fin du monde », de Sophie Divry, publié aux éditions Notabilia, fait partie de nos coups de cœur de la Rentrée littéraire. Cela commence comme un roman noir et s’achève comme une histoire de Robinson revisitée. D’abord, le narrateur, après un braquage avec son frère qui finit mal, se retrouve en prison et nous plonge dans l’univers carcéral et sa violence quotidienne. Jusqu’à ce qu’une explosion nucléaire lui permette d’y échapper. Dès lors, retranché dans une ferme désertée, commence pour lui une existence au cœur d’une nature aussi dangereuse que fascinante, à l’écart de la bassesse humaine. Une façon pour lui de redécouvrir tout ce dont il a été privé lors de son incarcération, qui opère comme une véritable renaissance. Et pourtant, face à la solitude qui est la sienne, son avenir finira par s’assombrir jusqu’à la folie. Servi par une plume d’une force poétique et d’une justesse incroyables, ce roman est une belle réussite.

 

. La vraie vie, d’Adeline Dieudonné

Adeline Dieudonne La vraie vie
17 €

Premier roman de la jeune auteure belge Adeline Dieudonné, « La vraie vie » nous entraîne dans l’univers glauque et sordide d’une famille en apparence ordinaire que nous dépeint la narratrice, une adolescente dont on ne saura jamais le nom, dans un récit percutant et acide. L’histoire commence gentiment, pourrait-on dire, mais très vite, tout se gâte, notamment par l’entremise du père, chasseur de gros gibier. La mère, elle, est une femme craintive, soumise aux humeurs violentes de son mari. Tout semble pourtant aller pour le mieux dans cette famille où les enfants passent le samedi à jouer dans les carcasses de voiture de la décharge, jusqu’au jour où un violent accident vient semer le trouble. Dès lors, tout s’emballe, tout s’enchaîne, crescendo, et rien ne sera plus comme avant ; l’univers devient étouffant, à la fois acide et sensuel. Servi par une plume drôle et fulgurante, ce premier roman est assurément un livre coup de poing que le lecteur ne sera pas prêt d’oublier. Si vous ne l’avez pas encore lu, n’hésitez pas une seconde.

 

. Ca raconte Sarah, de Pauline Delabroy-Allard

Ca raconte Sarah Delabroy-Allard
15 €

Dans le lot des premiers romans de cette rentrée littéraire 2018, en voilà un dont on devrait beaucoup parler. « Ca raconte Sarah », publié aux Editions de Minuit, nous entraîne dans l’intimité d’un couple et d’un amour hors-norme entre deux femmes. On pourrait croire le sujet épuisé, maintes fois ressassé, sauf que… tout le talent de Pauline Delabroy-Allard est justement de nous faire oublier l’apparente banalité de son histoire. Cet amour-là, à la vie à la mort, vous prend littéralement aux tripes. C’est à la fois passionnel, fougueux, dévastateur et musical. Un texte beau et puissant, magnifiquement écrit, qui ne laisse pas insensible. C’est en tout cas l’un des coups de cœur de la librairie que nous vous recommandons vivement.

 

. Asta, deJon Kalman Stefansson

Asta Stefansson
23 €

La quête du bonheur n’est-elle qu’une illusion ? Peine perdue ? Peut-on, en dépit de tous les efforts que nous déployons dans nos vie pour y parvenir, passer à côté ?  En nous contant les destins d’Asta et de Josef, mais aussi une génération plus tôt, ceux de Sigvaldi et d’Helga, l’écrivain islandais Jon Kalman Stefansson nous entraîne au fil de ces vies ordinaires et de l’amour qui les traverse, à nous poser ces questions que nous nous posons tous. L’histoire commence au début des années 50, à Reykjavik, lorsque Sigvaldi et Helga décident de nommer leur deuxième fille Asta qui, à une lettre près, signifie « amour » en islandais. Pour eux, c’est le début d’une vie pleine de promesses. Mais quand, des années plus tard, Sigvaldi tombe d’une échelle et se remémore toute son existence, le constat est amer. Les promesses de bonheur n’ont pas été tenues. Magnifique roman explorant les époques et les pays, « Asta », publié chez Grasset, raconte aussi les sentiments autant que l’urgence et l’impossibilité d’aimer. Un livre marquant et remarquable.

 

. Pays sans chapeau, de Dany Laferrière

Pays sans chapeau Laferriere
9,95 €

Autre coup de cœur de cette rentrée littéraire : « Pays sans chapeau », de Dany Laferrière, publié aux éditions Zulma. Probablement l’un des meilleurs romans du plus francophone des écrivains haïtiens. Un roman aux allures de chronique ou bien encore un reportage qui se lit comme un roman. Mais qu’importe, après tout. Quand Dany Laferrière nous parle de son pays, c’est avec une telle émotion et tant de magie, qu’on en oublie les codes. Dans « Pays sans chapeau », qui en Haïti désigne l’au-delà (a-t-on jamais vu, en effet, un mort être inhumé avec son chapeau !), l’auteur de « Comment faire l’amour à un nègre sans se fatiguer » revient chez lui, à Port-au-Prince, après vingt ans d’exil. C’est pour lui l’occasion de se souvenir et de nous livrer, avec force, humour et tendresse, les réminescences d’une enfance passée auprès des siens. Mais pas seulement. Car celui qui se décrit comme un écrivain primitif ne peut se contenter que de cela et, très vite, nous entraîne dans une enquête étrange et insolite au Pays sans chapeau. « Ils sont là, je le sais, ils sont tous là à me regarder travailler à ce livre. Je sais qu’ils m’observent. Je le sens », écrit-il. Le ton est donné.

 

. Isidore et les autres, de Camille Bordas

Isidore et les autres Bordas
19,90 €

Ecrit initialement en anglais par Camille Bordas, que Zadie Smith désigne comme « la fille spirituelle de J.D. Salinger », « Isidore et les autres », paru aux éditions Inculte, nous brosse le portrait d’un jeune garçon qui s’affranchit de son enfance sous le regard d’adultes encore plus désorientés que lui. Il faut dire que dans cette famille de surdoués, difficile de passer pour un être « normal », quand bien même le meilleur ami d’Isidore ne serait autre que son canapé. Résultat : une fresque familiale drôle et émouvante. Lire « Isidore et les autres », c’est osciller entre la naïveté de ce personnage inoubliable, une sensibilité exacerbée et une tendresse infinie. Et au fond, c’est l’intelligence du cœur qui nous fait chavirer. Le tout dans un style affirmé, sans aucune mièvrerie. Bref, un roman à la fois élégant et touchant que nous ne pouvons que vous recommander.

 

. Route 62, d’Ivy Pochoda

Route 62 Pochoda
22 €

Britt, un temps réfugiée dans un ranch aux allures de secte en plein désert des Mojaves, est porteuse d’un lourd secret ; Ren, ex-taulard et graffeur, est à la recherche de sa mère ; Blake, dealer tourmenté, veut venger la mort de son partenaire de galère… tels sont les personnages que Tony rencontre du côté sombre de la Cité des Anges lorsque celui-ci quitte brutalement sa voiture pour suivre un homme courant nu comme un ver au milieu des embouteillages, un matin, à Los Angeles. Pour cet avocat, peu habitué à cotoyer les exclus de la société, le bouleversement est total. Mais au contact de ces personnages peuplant les rues crasseuses de Downtown, c’est aussi son regard sur cette classe underground où errent des hommes en fracture qui en sera profondément bouleversé. Un regard si juste qu’il nous plonge en immersion. Tout cela fait de « Route 62 », d’Ivy Pochoda, publié aux éditions Liana Levi, un de ces romans addictif difficile à lâcher.

 

 

Les livres de l’été

Pour que l’été soit beau, beaucoup de soleil et quelques bons bouquins devraient faire l’affaire. Encore faut-il bien choisir ceux qui vous accompagneront tout au long de la période estivale. La librairie La Cité du Vent vous propose pour cela une sélection d’ouvrages qui, nous l’espérons, contribueront à votre bonheur. Sans oublier les opérations spéciales des éditeurs qui ont bien l’intention de vous satisfaire au plus proche de vos attentes livresques.

 

. Vagabonds de la vie, de Jim Tully

Vagabonds de la vie
7.40 €

Attention chef-d’oeuvre ! Publié au Livre de poche, « Vagabonds de la vie, autobiographie d’un hobo », de Jim Tully, a ouvert la route à Jack Kerouac et toute la bande de la Beat géneration. Pendant plus de six ans, l’auteur se frotta à divers hobos, ces saisonniers américains qui voyageaient clandestinement dans les trains de marchandises. Au gré de ses pérégrinations, il assimila leurs us et coutumes, vécut de petits boulots et de mendicité, et vit souvent passer la mort de près. Publié en 1924 aux Etats-Unis, ce récit servi par une écriture limpide, comptant parmi les classiques de la littérature consacrée aux hobos, s’inscrit dans les pas de Mark Twain et de Jack London.

. Dans la forêt, de Jean Hegland

Dans la foret
9.90 €

C’est le genre de livres qu’on ne peut plus lâcher. Nell et Eva, deux soeurs adolescentes, vivent depuis toujours dans leur maison familiale au cœur de la forêt. Quand la civilisation s’effondre et que leurs parents décèdent, les voilà bien décidées à survivre seules face à l’inconnu et aux dangers qui les entoure. Aussi va-t-il leur falloir grandir autrement, se battre et faire confiance à la forêt remplie d’inépuisables richesses, et affronter un destin des plus inattendus. Nul doute que vous vous laisserez emporter par cette histoire où la survie dans les bois nous rend plus proche de la nature. Et peut-être vous surprendrez-vous à vous imaginer dans la peau d’un Robinson au féminin. Une chose est sûre : vous n’en sortirez pas indemne.

. Quand sort la recluse, de Fred Vargas

Quand sort la recluse
8.40 €

Un délice glaçant ! De quoi vous rafraîchir durant les chaudes heures de l’été, mais peut-être pas comme vous l’imaginiez. Disponible en poche, chez J’ai lu, le polar de Fred Vargas, auréolé d’un succès populaire, signe le retour du commissaire Adamsberg. Et de quelle manière ! Une histoire de petite bête qui ne vous laissera pas insensible, brrr, tout comme l’humour désinvolte et l’atmosphère singulière de ce nouvel opus d’excellente facture. Une intrigue complexe et bigrement futée qui vous fera dresser les poils, bref du pur Vargas, malgré quelques invraisemblances. Mais doit-on vraiment chercher la petite bête ? Rien n’est moins sûr, car la jubilation que vous procurera cette lecture vous fera assurément oublier tout le reste. Avec « Quand sort la recluse », Fred Vargas frappe fort !

. Famille parfaite, de Lisa Gardner

Famille parfaite
8.10 €

Bienvenue chez les Denbe : un mariage modèle, une belle situation, une ravissante fille de quinze ans, une demeure somptueuse dans la banlieue chic de Boston. Une vie de rêve, quoi ! Jusqu’au jour où cette petite famille glamour disparaît subitement. Pas d’effraction, pas de motifs, aucune demande de rançon, juste quelques traces de pas et des débris de cartouches de Taser sur le sol de leur maison. De quoi donner du fil à retordre à Tessa Leoni, détective privée, pour qui l’enlèvement ne fait pas le moindre doute. Question : qui pouvait bien en vouloir à cette petite famille en apparence aussi lisse ? Telle est l’intrigue de « Famille parfaite », paru au Livre de poche, un thriller inquiétant signé Lisa Gardner, numéro 1 sur la liste des best-sellers du New-York Times pendant plusieurs mois, qui nous plonge avec brio dans l’intimité troublante d’une famille au-dessus de tout soupçon.

. Fendre l’armure, d’Anna Gavalda

Fendre l'armure
7.80 €

L’auteure de « Je voudrais que quelqu’un m’attende quelque part » revient en poche, chez J’ai lu, avec son recueil de nouvelles, « Fendre l’armure ». Sept histoires en tout, écrites à la première personne, ou plutôt une galerie de gens, « de vraies gens », écrit Anna Gavalda. « Ils parlent pour essayer d’y voir clair, ils se dévoilent, ils se confient, ils fendent l’armure… Pour moi ce ne sont pas des personnages, ce sont des gens, de réelles gens, de nouvelles gens, et c’est eux que je vous confie aujourd’hui. » Voilà, tout est dit. Et c’est exquis ! Léger comme une petite bise rafraîchissante, tel un petit coin d’ombre sous le soleil de l’été.

. Songe à la douceur, de Clémentine Beauvais

Songe à la douceur.jpg
7.40 €

Les chroniqueurs littéraires ne tarissent pas d’éloge ce nouveau livre de Clémentine Beauvais, « Songe à la douceur », lauréat du prix La Voix des blogueurs 2017, disponible en poche aux éditions Points. Quand Tatiana rencontre Eugène, elle a 14 ans, il en a 17. Il est sûr de lui, charmant et plein d’ennui, elle est timide, idéaliste et romantique. Et comme dans une belle histoire, Tatiana tombe amoureuse, et lui aussi semble-t-il. Alors, elle lui écrit une lettre, mais il la rejette, pour de mauvaises raisons peut-être. Dix ans plus tard, ils se retrouvent par hasard. Tatiana a changé, Eugène aussi. Alors, vont-ils encore aller à l’encontre de leurs sentiments ? Pour le savoir, un seul conseil : lisez ce livre. Vous le refermerez probablement bouleversé tant il est chargé d’émotions et de poésie. Et vous saurez tout sur les saisons de l’amour.

. Rendez-vous à Positano, de Goliarda Sapienza

Rendez vous a positano
11 €

Acclamée pour son « Art de la joie », Goliarda Sapienza nous livre avec « Rendez-vous à Positano », aux éditions Le Tripode, un roman d’amour authentique, un texte dédié à une femme et un lieu, situé dans l’après-guerre, au coeur d’un modeste village hors du temps, niché tout près de Naples : Positano. Elle y fait la connaissance d’Erica, une jeune femme qui allait devenir pendant une vingtaine d’années une soeur d’âme. Longtemps après la disparition de cette dernière, en 1985, l’écrivaine décide alors de revenir sur cette histoire pour sauver de l’oubli ce qui fut balayé par le destin. Un récit intense, une histoire envoûtante, une plume remarquable, bref un bonheur de lecture incontestable. De la grande, de la belle littérature !

. Petits oiseaux, de Yôko Ogawa

Petits oiseaux
7.80 €

Si vous cherchez à vous évader, à vous réfugier dans une douceur salvatrice, à vous replier du temps, « Petits oiseaux », de Yôko Ogawa, disponible chez Acte Sud, collection Babel, est pour vous. Après la mort de leurs parents, deux hommes demeurent ensemble dans la maison familiale. D’une gentillesse extrême, l’aîné se voit bientôt confier l’entretien de la volière de l’école maternelle, devant laquelle les deux frères aiment à s’attarder pour palabrer avec les moineaux de Java, les bengalis ou les canaris citron. Un jour, pourtant, le calme du quartier semble en danger : une enfant de l’école disparaît. Telle est la trame de cette fable qui vous entraînera dans un pays où s’éploient la musique du poème, celle des histoires et des chants d’oiseaux, celle des mots oubliés.

. Un clafoutis aux tomates cerises, de Véronique de Bure

Un clafoutis aux tomates cerises
7.60 €

Avec son deuxième roman, « Un clafoutis aux tomates cerises », paru chez J’ai lu, Véronique de Bure offre le portrait d’une femme qui vous donnera envie de vieillir. Etonnant, non ! Jeanne a 90 ans. Elle décide d’écrire son journal intime, du premier jour du printemps au dernier jour de l’hiver. Ainsi y consigne-t-elle ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée dans l’Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches. Autant dire que cela foisonne d’événements minuscules et de réflexions désopilantes, car la liberté de vie et de ton est l’un des privilèges du très grand âge. Bref, « Un clafoutis aux tomates cerises » est plein de tendresse et de bonheur. De quoi égayer vos belles journées d’été !

Opération Folio

Cet été, Folio est bien décidé à vous accompagner tout au long de vos vacances. En effet, un sac de plage en coton est offert pour l’achat de deux Folio, ou à partir de 13 € d’achat dans la collection, dans la limite des stocks disponibles. Alors, autant en profiter.

Opération Actes sud – Babel

La collection Babel, chez Actes sud, n’est pas en reste non plus. Actuellement, pour l’achat de deux ouvrages Babel, le troisième vous est offert parmi une sélection de titres Babel. Alléchant, non ! Ne laissez pas passer l’occasion.

Opération Points

Même opération aux éditions Points. Pendant l’été, un livre Points est en effet offert pour deux achetés parmi une sélection de titres Points. Alors, venez faire votre choix à la librairie La Cité du Vent.

Opération Payot

Avant de partir en voyage, venez découvrir les livres de la Petite bibliothèque Payot. Pour l’achat de deux volumes, une étiquette à bagages vous sera offerte.

Publicités